News

EXCLUSIF : sur le tournage de La Horde...

2 novembre 2008 | Par : Damien Taymans

Un tournage badass

(Compte-rendu de notre envoyé spécial à Paris Evil Seb)

C’est sous une fine pluie typiquement anglaise que j’arrive devant les anciens ateliers des Galeries Lafayette à Saint Denis en banlieue parisienne. C’est là que la production de La Horde a posé ses bagages en cette fin de tournage. C’est comme un invité de marque que je suis reçu par les membres de la production qui me font immédiatement visiter les lieux, immenses, à bord d’une petite voiturette, moyen de locomotion en vigueur sur le set, en me précisant que j’ai le droit de ma balader et de parler à qui je veux, du moment, bien sûr, que je ne dérange personne pendant les prises. J’arrive sur le plateau principal de la matinée et l’équipe vêtue d’énormes doudounes est déjà au travail. Il faut dire que le plateau n’est pas chauffé et qu’il y règne une température avoisinant à peine les dix degrés. J’en profite pour discuter un peu avec les deux réalisateurs qui, malgré leur fatigue, seront d’une gentillesse et d’une disponibilité sans limite tout au long de la journée.

Au programme de la matinée, une scène de transition qui semble ne pas soulever l’enthousiasme de l’équipe. Ils font le boulot mais sans plus. Comme me le confie Benjamin Rocher « C’est pas facile de shooter des petites scènes comme ça quand, la veille, t’as fait une grosse scène d’action avec trois cents zombies ». Je prends un peu de recul et observe toute l’équipe au travail, les techniciens préparent le plan suivant, retouchent les lumières, règlent les derniers détails du décor et des maquillages pendant que Yannick Dahan mime la scène et donne des indications de jeu aux comédiens. Au loin, les figurants déboulent en courant sur le plateau. Couverts de sang et de blessures en tous genres, ils observent de loin en sautillant sur place pour se réchauffer car certains sont vêtus d’un simple t-shirt couvert de faux sang. Les deux réalisateurs commencent à perdre patience. Sur le plateau les petits contretemps se multiplient et font perde un temps fou à toute l’équipe. On n’imagine pas la masse de problèmes que peut causer une mitrailleuse en plastique coincée dans une porte. L’équipe, très jeune, se démène sur le set, Yannick Dahan fume clope sur clope pendant que son acolyte Benjamin Rocher chante un extrait des Tortues Ninja II (Go Ninja, Go Ninja Go !!). Malgré quelques légers contretemps, la bonne humeur règne. Le temps presse et il faut l’intervention de l’assistant réalisateur pour remettre tout le monde sur le droit chemin. Trente minutes plus tard, le plan mettant en scène les principaux protagonistes sera dans la boite. On installe le plateau pour la suite et les comédiens (Claude Perron, Jean Pierre Martins, Eriq Ebouaney et Yves Pignot) vêtus de simples t-shirt enfilent vite une doudoune et profitent de l’interruption pour venir discuter avec l’équipe et les figurants. Comme me le confiera plus tard Yannick Dahan : "Ici pas de places pour les divas, les acteurs se comportent et se considèrent comme n’importe quel membre de l’équipe".

Les deux gaillards, un gobelet de café en main, le dixième depuis le début de la journée pour Yannick, en profitent pour me faire découvrir les scènes avec la horde de zombies shootés la veille. Tout ce que je peux dire c’est que certains plans sont carrément épiques et vraiment impressionnants. Si tout le film est de cet acabit, cela risque de faire très mal. La matinée se poursuit tranquillement entre pertes de temps, fatigue, cafés, clopes et vannes pourries. Bref, les éléments d’un tournage lambda. L’heure de la pause arrive et j’accompagne les deux réalisateurs pour une petite discussion sur le film et le cinéma en général. Un moment très sympa. Ils s’excusent de l’inintérêt des scènes tournées ce matin mais me promettent : « Tu vas voir cet aprèm, ça va être bonnard, y’aura de la baston, des flingues et des zombies ». « Ouais, on a une scène bien badass en prévision. » précise Yannick

Une heure plus tard, tout le monde est de retour sur le set. Seul Jean-Pierre Martins au look rappelant la Tuco du Bon, La Brute et Le Truand, est attendu sur le plateau. Cette fois, comme promis par Benjamin Rocher, il y a de l’action, des flingues et des zombies. Tous les figurants s’agglutinent autour du set pour voir l’équipe de cascadeurs régler la scène sous l’air satisfait des réalisateurs. Yannick Dahan donne ses indications au comédien « Tu me la fais Badass Jean Pierre…Badass tu vois…t’avances, tu lèves la tête, tu sors les flingues et bam…bam…bam…bam… ! ». Les répétitions s’éternisent mais la scène demande de la mise en place. Une trentaine de figurants entrent en scène. Première prise… Yannick apparemment revigoré (mais la voix toujours cassée) crie « Coupez ! Plus agressifs les zombies, gueulez, bougez, courez, on n’est pas chez Rollin quoi. Jean Pierre, rappelle toi : badass.. » Benjamin, au combo, se marre. La seconde prise sera la bonne.

Place à un plan nécessitant des armes à feu donc distribution de casques antibruits. Le pistolet est chargé au maximum car Benjamin Rocher veut « un bruit de ouf et des putains de flammes ». Effectivement, le bruit est assourdissant mais le plan est parfait. La journée se termine par une scène de baston. Les cascadeurs et le chorégraphe règlent le combat pendant que les deux réalisateurs discutent un peu à l’écart « On a vraiment des cascadeurs monstrueux et des acteurs qui se pètent les couilles » dixit Dahan. La journée se termine, tous les plans prévus sont tournés, Yannick et Banjamin prennent le temps de discuter avec chaque figurant pendant que les techniciens démontent le set. Je prends congé en remerciant les deux gaillards et en leur souhaitant bonne chance. Yannick Dahan s’excuse du manque de temps qu’il a eu à me consacrer. Pas de problème Yannick, si tous les réalisateurs étaient comme vous, le monde du cinéma ne s’en porterait que mieux. Badass !

(Je remercie Francois Hassan Guerrar pour l’organisation sans faille de la journée, Yannick Dahan et Benjamin Rocher pour leur disponibilité, leur accueil et leur gentillesse)

DEMAIN INTERVIEWS EXCLUSIVES DE YANNICK DAHAN ET BENJAMIN ROCHER

Commentaires

Setting up links to your internet site is also essential. This is an excellent location for website owners and highly regarded entrepreneurs for connecting.
reklama online Łódź

4 juillet 2013 | Par bridmudstiless1982

comment6, buy antibiotics no prescription, tktydy, buy painkillers uk, 243, buy cheap ritalin, 327, buy cigarettes online usa, > :-)), discount cigarettes virginia, lij,

8 décembre 2010 | Par jonn3

comment2, viagra uk online, 8-OO, priligy, gcd, buy finpecia online, 466, vpxl, uskwq, viagra alternative, > :-[[,

7 décembre 2010 | Par jonn3

comment1, buy accutane, hxk, order viagra, 8865, cheap viagra online, %-P, order cialis online, 8O, viagra for sale canada, 5221,

7 décembre 2010 | Par enPjVwOAR

j’ai ete un des 300 zombies de la horde pendant les 2 jours et j’ai kiffer le tournage ! bonne ambiance ! là ça fait plaisir d’etre figurant !
Bonne chance au film ! Badaaaaas !!

1er novembre 2008 | Par yaya

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.